Calendrier

« novembre 2018 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

Publié le lundi 4 février 2013

Sécurité - Vos appels à la police hurlue arrivent dans un centre dernier cri

Après une année de réflexion,c’est un nouveau centre névralgique qui vient de voir le jour au sein du commissariat de la zone de Mouscron.

Chaque année, c’est une moyenne de 30 000 appels qui arrivent au sein du commissariat de Mouscron, avec un constat assez surprenant : vous êtes 86 % à téléphoner sur la ligne directe (056 863 000) plutôt qu’au 101 (qui vous fait passer par Mons avant d’être renvoyé vers le commissariat souhaité).

Partant de ce constat et souhaitant se munir d’un centre de communication dans l’air du temps, la police hurlue vient de réaménager totalement la pièce où arrivent vos appels. « En tant que responsable des interventions, l’aspect conceptuel a été imaginé par le commissaire David Monpays tandis que sa mise en œuvre a été faite par l’inspecteur principal Marc Verhelle. C’est une longue réflexion qui a pris un an. On est allé s’inspirer de certains centres, fait attention au budget qui est sur fond propre, réfléchi aux moyens à mettre en place… » résument les commissaires Christine Noterdeam et Dominique Debrauwere.

OEil de Moscou à la rue Debavay

Au final, on se retrouve dans une pièce avec un écran géant de chez Barco qui peut se subdiviser au maximum en six écrans de contrôles. « On peut prendre la main sur les caméras de surveillance urbaines. On voit aussi ce que nos caméras filment en notre bâtiment afin d’assurer la sécurité de notre personnel. Pour mieux visualiser une configuration, on a aussi une connexion internet qui nous permet d’aller sur GoogleMaps plutôt que de commencer à ouvrir des cartes sur des tables. On peut aussi afficher la cartographie réalisée par Cécile Fievez dans le cadre du Plan Communal d’Urgence et d’Intervention. On peut également voir la télévision au cas où un événement important s’étant produit est retransmis… Un écran communique par ailleurs le personnel de garde avec les téléphones et les disponibilités à un moment donné. »

Face à l’écran, un plancher technique surélevé sous lequel passent de nombreux câbles. Dessus se trouve un imposant bureau en arc de cercle sur lequel se trouve une dizaine d’écrans. Ils permettent à un chef de poste de gérer diverses situations – « répondre aux réquisitions citoyennes, gérer les patrouilles… » – en étant appuyé avec l’un ou l’autre opérateur. « Et si on a par exemple un contrôle routier programmé, un opérateur peut aussi prendre place à la table et travailler uniquement sur ce contrôle, en utilisant une fréquence différente », continue M. Debrauwere.

Des collaborations transfrontalières pourraient se mettre en place à l’avenir. On en veut pour preuve une première rencontre cette semaine entre la Ville et le ministre de l’Intérieur français. « Avec cet outil, on gagne beaucoup en efficacité et on a une meilleure connaissance du terrain. On devait l’avoir, notamment pour collaborer de manière efficace. Si on devait encore passer par Mons, il y aurait eu un décalage. »

La possibilité de compléter l’ensemble…

Aujourd’hui, l’outil est là et, grâce à cette base, on peut y adjoindre d’autres éléments. Comme beaucoup d’autres zones, la police de Mouscron a en projet la géolocalisation de ses véhicules. « Ils seraient équipés avec une puce GPS. En cas de demande d’intervention, on verrait directement sur une carte quelle équipe est la plus proche plutôt que de devoir demander des localisations. A posteriori, si une personne estime que la police est peu passée en un endroit, le logiciel pourra aussi le communiquer puisqu’il s’agit de la boîte noire du véhicule » indique le commissaire Sarlet.

Bref, ce dispatching « dernière génération » n’est pas un caprice ou de la poudre aux yeux. Son utilité se faisait sentir : « Avant, on avait un bureau à l’ancienne où les écrans avaient été placés en fonction de la place qu’il restait… On avait le souci de rationaliser. Maintenant, tout le monde est du même côté. On voulait rendre ce lieu – utilisé 7 jours sur 7, 24 h/24 – fonctionnel et agréable tout en étant encore plus rapide. » Il permet aussi de meilleures interventions : « Entre l’info qu’on reçoit lors un appel et la réalité, il y a parfois un monde. Là, on saura plus vite s’il faut vraiment une ambulance, s’il faut envoyer une dépanneuse en urgence… »

LE COURRIER - 02 février 2013 - Thomas TURILLON

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be