Calendrier

« mai 2018 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

Publié le mercredi 31 juillet 2013

Mobilité - Le vélo prend sa place

Petit à petit, l’effort pour développer le vélo porte ses fruits, mais il reste encore du boulot

Donner sa place au vélo dans la ville n’est pas une sinécure dans notre région. Du coup, les Villes doivent insister pour changer les mentalités. Lentement mais sûrement, elles y parviennent.

Développer la pratique du vélo, ce n’est pas si simple au pays de la voiture toute puissante. Pourtant, c’est un objectif de la Région wallonne qui devient de plus en plus marqué, notamment en raison du coût de l’énergie. Il faut donc des investissements, et c’est là que le bât blesse : si on observe qu’en ville, les aménagements pour les cyclistes s’améliorent, ce n’est pas le cas hors agglomération, où pourtant 66 % des accidents mortels pour les cyclistes surviennent, surtout sur des routes régionales où les voitures vont au moins à 70 km/h.

CHANGEMENT DE MENTALITÉ

Il faut investir, mais aussi innover : « Tournai comme Mouscron sont des villes pilotes en matière de plan cyclable, ce qui nous permet de tester certaines choses », explique Donat De Graeve, conseiller en mobilité à Tournai. Au titre des innovations, Tournai va ainsi être la première commune à mettre en place les « rues cyclables » : des rues dans lesquelles les vélos sont prioritaires, mais les voitures sont tolérées, évidemment à vitesse adaptée. Cette rue cyclable sera aménagée le long de l’avenue de Maire, sur la rue parallèle qui passe à gauche quand on est au rond-point de l’Europe.

« Nous avons été voir aux Pays-Bas comment les choses se passent, et là-bas ils sont capables de créer des passages pour vélos au-dessus des ronds points, par exemple. Mais, ils investissent beaucoup plus parce que les villes paient des taxes sur la pollution et plus elles font d’aménagements, plus elles ont de subsides », explique encore Do- nat De Graeve.

Investir, innover, ne suffit pas s’il n’y a pas aussi une bonne communication : un portail web du vélo dans la région, une signalisation claire, des actions à destination des écoliers et des adultes. Par exemple à Tournai, on a développé des balades découvertes à vélo pour montrer les chemins existants. On a aussi mis en place Méli Vélo, un service de réparation et de marquage de vélo : « C’est sur la place de Wasmes, et les gens viennent avec leur vélo pour qu’on leur apprenne à le réparer. on a des pièces d’occasion gratuites, ou des neuves. On peut aussi faire marquer son vélo », explique Donat De Graeve. Cet été, l’atelier est ouvert le mercredi de 10 à 12h, mais les horaires seront certainement élargis.

MOUSCRON : Un programme réalisé dans les temps

À Mouscron, l’échevin de la Mobilité Damien Yzerbyt souligne que « on est dans les temps par rapport au plan 2012-2015 même si ça n’a pas été évident ».

La priorité a été donnée aux chaînons manquants, notamment entre la place d’Herseaux, la gare de Luingne et la gare de Mouscron. On a aussi insisté sur l’accès à vélo dans les zonings, sur les vélos électriques proposés au public, et on a déjà mis en place le site web www.velomouscron.be, où on trouve notamment le plan des pistes cyclables en zone urbaine, qui permettent en effet de traverser l’entité de long en large.

On a aussi beaucoup travaillé sur la sensibilisation et la communication auprès des habitants (formations adultes et enfants, promotion du vélo, développer l’intermodalité...).

Du côté des aménagements effectués, l’objectif était « une réduction des avantages donnés à la voiture en favorisant le vélo », et de tenir compte du point de vue des cyclistes lorsque se pose une question de mobilité. À Mouscron comme à Tournai, les SUL (sens uniques limités) ont été largement développés, pour permettre aux cyclistes de se déplacer plus rapidement. Les Promenades urbaines, des voies dégagées depuis le centre- ville uniquement pour les piétons et les vélos, ont aussi été aménagées. Et on a beaucoup insisté sur les liaisons entre les zones urbaines qui sont certes plus concentrées qu’à Tournai : on peut ainsi aller d’Estaimpuis ou de Rekkem à Mouscron, Menin, Tourcoing...

Enfin, les zones à 30 km/h ne sont pas oubliées et doivent se multiplier, comme c’est le cas autour de la gare d’Herseaux et bientôt rue du Mont-à- Leux.

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be