Calendrier

« juillet 2018 »
L M M J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
 

Publié le mardi 26 février 2013

La prévoyance hurlue paie : le budget 2013 en léger boni

Grâce à des provisions faites en 2010 et 2011, Damien Yzerbyt a présenté un budget 2013 sain et dans la continuité des précédents.

Ce lundi soir, c’était la septième fois que Damien Yzerbyt présentait le budget de la Ville de Mouscron aux conseillers communaux. Un budget 2 013 à l’équilibre. « À l’exercice propre du service ordinaire, nous dégageons un léger boni de 121 116,24 € » , développe l’échevin du Budget. « Pour le résultat global du service ordinaire, nous arrivons donc à un boni global de 1 657 975,85 €. »

Le boni 2 013 est ventilé comme suit : 81 098 502,89 € de recettes et 80 977 386,65 € de dépenses. « Des recettes qui sont en augmentation d’un peu plus de 2,26 millions d’euros (+ 2,88 %). » Une augmentation qui peut s’expliquer par une majoration des recettes de prestations.

« On y enregistre une belle hausse des recettes de location de patrimoine, grâce notamment à la mise en location prochaine de 25 logements à la rue du Couët. L’installation de panneaux photovoltaïques commence aussi à porter ses fruits par les premières ventes de certificats verts. De même pour le décret cimetières qui, avec un suivi approfondi des concessions, nous permet de dégager des bénéfices. »

Concernant les recettes de transferts, l’indexation préconisée par le Gouvernement wallon permet une belle augmentation (+ 3,6 %) de la dotation faite par le Fonds des communes. En outre, même si la fiscalité reste inchangée, les recettes liées au précompte immobilier et à l’impôt des personnes physiques s’envolent aussi. « Pour ces postes, nous inscrivons les rentrées qui nous sont communiquées par le SPF Finances. Cependant, nous remarquons que chaque année, il manque une partie de la somme. Ainsi, en 2012, ce sont 3,5 millions qui ne sont pas rentrés dans les caisses. Quand on leur pose la question de cette différence, ils justifient cela par les exonérations, les faillites, les personnes insolvables, etc. »

Une baisse de près de 25 % est, par contre, à souligner du côté des recettes de dettes. Celle-ci s’explique par une diminution de 750 000 € des bénéfices dégagés par le secteur B de l’IEG.

Enfin, si Damien Yzerbyt peut présenter un budget sain, c’est grâce à la prudence dont il a fait preuve les années précédentes. « Nous allons prélever 500 000 € dans une provision de 2,5 millions réalisée en 2 010 et 2 011. Cette somme est nécessaire pour faire faire à l’augmentation de la dotation communale à la zone de police. »

Si, globalement, les recettes augmentent, il en va de même pour les dépenses qui passent de 78 558 318,73 € à 80 977 386,65 €. Et c’est du côté des dépenses de personnel qu’il faut chercher l’explication de cette hausse. « Les dépenses de personnel constituent 47,64 % de l’ensemble des dépenses ordinaires. La charge nette dans ce poste augmente de 3 % en raison de l’indexation des salaires, de l’impact de l’augmentation des cotisations de pension, les évolutions de carrières et du recrutement selon le plan d’embauche. »

En regardant de plus près les chiffres des dépenses de fonctionnement, on remarque une bonne maîtrise des coûts. « C’est possible grâce aux chefs de service qui sont attentifs à faire des économies au quotidien. »

Enfin, du côté des dépenses de transferts, comme expliqué plus haut, c’est du côté de la zone de police qu’il faut souligner la plus grande augmentation (+ 6,48 €). « Il s’agit de choix politiques. La majorité estime que c’est un poste sur lequel il faut investir. Nous comptons 28 agents administratifs de plus que la norme, mais nous pensons que cela est nécessaire pour faire plus de prévention et pour que les opérationnels puissent être plus sur le terrain. »

LE COURRIER - 26 février 2013 - Audrey Ronlez

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be