Calendrier

« décembre 2018 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 

Publié le mardi 8 novembre 2011

Finances | Le compte 2010 en boni est satisfaisant

Le compte 2010 de la Ville est en boni de plus de 200 000 €. Il a été détaillé hier soir au conseil communal.

Partons des généralités sur le compte 2 010 de la Ville avant de nous immerger dans le détail.

« Je suis satisfait du résultat car le compte budgétaire global présente un boni budgétaire de 223 381,28 €. Les objectifs fixés par le CRAC, je les respecte. Nous pouvons continuer à travailler comme nous le faisons. Nous pouvons encore envisager des investissements comme nous l’avons fait en 2010 à hauteur de 16 millions €. La Ville ne s’appauvrit donc pas. Nous pouvons subvenir à nos dettes et le boni va être injecté dans la modification budgétaire 2 011 » résume Damien Yzerbyt, l’échevin des Finances.

1. Actif

On peut mettre en exergue le patrimoine mobilier et immobilier de Mouscron qui augmente de 5 millions et demi. « On prend en compte le vieillissement de notre patrimoine. Couplé à nos acquisitions et travaux, la commune s’enrichit de ses actifs. » Au rayon des dépenses extraordinaires, on est à 16 226 191,49 € en matière d’investissements engagés. Parmi eux, il y a la nouvelle auto-échelle des pompiers, la phase 2 du dépôt communal, le projet du musée de Folklore, etc.

Des subsides d’investissements ont aussi été accordés pour plus d’un million d’euros.

Concernant les participations, elles sont de 24 066 254,81 €. « Tant que Dexia existe, il est dans mon bilan. Dans les prochains, il y aura effectivement un appauvrissement mais pas une mise en difficulté. Cela ne nous mettra pas en difficulté au quotidien. » rassure l’échevin.

Concernant « ce qu’on nous doit dans l’année, cela s’élève à 26 149 787,32 €. » Comprenez les créances à un an au maximum, les comptes financiers et les comptes de régularisation.

2. Passif

Les réserves extraordinaires en 2010 étaient prévues à hauteur de 2 893 120,68 €. 1 061 683,24 ont été utilisés, laissant une manne de 1 831 437,44 € venant s’ajouter à la réserve globale de 8 460 200,63 €. Cela servira pour divers projets en cours. M. Yzerbyt cite en bataille « le centre administratif, le Foyer dottigniens, le nouveau Lyne 7, l’école des sports ou encore le Musée de Folklore pourront en bénéficier » .

À propos des provisions du service ordinaire, les antérieures étaient de près d’un million et demi desquels il a fallu ponctionner 600 000 € de l’accident « Frais Mastock » (« L’entreprise des œufs pourris »), laissant encore 900 000 €.

3. Résultat

« A l’exercice global, on passe de 166 883,56 € pour le compte 2 009 à 223 381,28 € pour l’exercice global 2 010. Il nous reste donc un boni qui augmente un tout petit peu. On est dans une situation positive. Les exercices propres sont bons, ce qu’on nous demande ! »

Les modifications budgétaires pour 2011

« Le compte budgétaire pour l’exercice 2010 ayant été clôturé, son résultat a pu être injecté dans cette modification budgétaire. Le crédit est donc porté à 223 381,28 € » indique l’échevin des Finances.

1. Dépenses ordinaires

On constate une diminution de plus de 600 000 € en dépenses de personnel « qui s’explique par un non-remplacement systématique du personnel malade, des démissions et mises en pension non immédiatement et non systématiquement remplacées par exemple » . Elles passent ainsi à 34 714 059,49 €. La hausse des postes d’énergie (gaz, électr., eau et combustibles) notamment fait augmenter les dépenses de fonctionnement. Elles sont globalement de 13 511 063,87 €.

Les dépenses de transfert « restent stables grâce à deux partenaires corrects : le CPAS et la zone de police » .

Les dépenses de dettes sont de plus de 7,5M€. « Soit une augmentation de 383 756,54 € qui s’explique par le fait que les emprunts couvrant des investissements des exercices antérieurs ont été contractés début 2011 et Dexia ne pouvait donc pas les reprendre dans son tableau servant de base pour l’établissement du budget initial. »

2. Recettes ordinaires

« Elles passent de 75 086 397,41 € à 75 729 609,06 € soit une augmentation de 643 211,65 €. » Les recettes de prestations « augmentent de 12 802,28 €. L’ensemble des recettes reste donc stable même si quelques postes ont dû être modifiés » .

Côté recettes de transferts « elles passent de 65 846 077,85 € à 66 123 495,92 € soit une augmentation de 277 418,07 €. » Qu’y pointer ? « Qu’aucune nouvelle perception de taxes suite à des travaux de voirie n’a été levée en 2 011 et qu’une nouvelle organisation pour le recensement des immeubles inoccupés a été mise en place et l’augmentation des recettes prouve son efficacité. » Ainsi, rien que pour la taxe immeubles inoccupés, c’est plus de 70 000 € qui sont perçus.

Enfin, les recettes de dettes augmentent de 352 991,30 €. Elles s’expliquent par deux postes modifiés : -238 810,95 € en participations Dexia et +540 000 € de recettes secteur B IEG. « C’est avec ce dernier que je vais pouvoir absorber le sale coup qu’on nous fait avec Dexia ! »

Et au service extraordinaire ?

« Le compte budgétaire pour l’exercice 2010 ayant été clôturé, son résultat a pu être injecté dans cette modification budgétaire. Il y a une diminution de recettes de 2 752 910,57 € qui représentait le boni de l’exercice extraordinaire après la dernière modification budgétaire de l’exercice 2010 et une augmentation des dépenses de 8 893 402,41 € représentant le mali budgétaire – service extraordinaire du compte 2010. À l’exercice propre, le service extraordinaire après modifications budgétaires est de 18 105 327,40 € d’investissements totaux. »

Thomas TURILLON

LE COURRIER - 08 novembre 2011

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be