Calendrier

« novembre 2018 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

Publié le mercredi 28 novembre 2012

Familles d’accueil - recrutement et suivi des tables-rondes

Interpellation de M. Damien Yzerbyt à Mme Évelyne Huytebroeck, ministre de la Jeunesse, intitulée « Familles d’accueil : recrutement et suivi des tables-rondes » (Article 76 du règlement)

M. Damien Yzerbyt (cdH). – Le placement d’un jeune en famille d’accueil est bénéfique à plusieurs titres. Quoique le jeune soit retiré de sa famille d’origine, ce service lui permet de bénéficier malgré tout d’une vie familiale. Pour les autorités publiques, cette solution alternative au placement en institution est moins coûteuse. Je ne reviendrai pas en détail sur les bienfaits de l’accueil familial attestés par de multiples études.

Madame la ministre, la recherche de la Fondation roi Baudouin intitulée « À la rencontre des familles d’accueil : profils, vécus, attentes », l’organisation de tables rondes avec le secteur, la refonte du Conseil sectoriel de l’accueil familial au sein du Conseil communautaire de l’aide à la jeunesse sous la forme d’une section thématique, le lancement d’une campagne d’information et de recrutement de familles d’accueil en novembre 2011 témoignent de votre engagement et de votre travail. Néanmoins, nous souhaitons faire le point sur plusieurs aspects de cet important dossier.

Vous avez lancé en ce mois de novembre un nouvel appel aux familles candidates. En réponse à de précédentes questions, vous nous aviez expliqué qu’une des recommandations des tables rondes portant sur les critères d’orientation en famille d’accueil ou en institution était d’organiser des campagnes de recrutement de familles d’accueil pour adolescents. En effet, les services de placement familial se concentrent davantage sur les très jeunes enfants. Or il est évident que de jeunes adolescents ont tout autant besoin d’un cadre de vie familial humain, chaleureux et structuré par des normes et des références. Une autre piste proposée en conclusion des tables rondes était la sys- tématisation des campagnes de recrutement des fa- milles d’accueil pour les enfants en bas âge et pour les plus âgés.

La publication de trois bandes dessinées destinées aux 3 400 jeunes vivant en famille d’accueil a également attiré notre attention. Chacune vise une tranche d’âge spécifique : Un nid pour Wazoo pour les trois à huit ans, Princesse Mytho pour les huit à douze ans et Mick Keblo pour les douze à dix-huit ans. Il serait intéressant que vous nous en disiez plus sur ces publications et leurs objectifs. Enfin, un autre point que nous souhaitons aborder concerne les contraintes administratives. Elles avaient fait l’objet d’une table ronde centrée plus spécifiquement sur les retards de paiement de frais journaliers aux familles d’accueil, la récupération des allocations familiales et le remboursement des frais spéciaux. Vous nous aviez expliqué que la Direction générale de l’aide à la jeunesse devait vous soumettre une proposition de simplification du système. Le subside accordé aux familles d’accueil serait diminué mais les familles recevraient les allocations familiales. Cette méthode éviterait de demander à ces familles de rembourser l’indu à la Fédération Wallonie-Bruxelles après plusieurs mois, voire plusieurs années.

Sachant que le délai entre la candidature d’une famille d’accueil et l’accueil effectif d’un enfant est de six à neuf mois, pouvez-vous, madame la ministre, nous donner le bilan de votre campagne de recrutement conjointe avec la Fédération des services de placement familial en novembre 2011 ? Quel a été son impact ? Votre objectif de recrute- ment de 200 familles d’accueil a-t-il été atteint ?

Quelles sont les raisons du nouvel appel aux candidatures de familles d’accueil ? Est-ce l’une des recommandations des tables rondes – axer le recrutement et l’information pour l’accueil d’adolescents ? En outre, comment comptez-vous pérenniser ces campagnes ?

Quels sont l’objet et l’objectif des bandes dessinées ? Comment vont-elles être diffusées ?

La Direction générale de l’aide à la jeunesse vous a-t-elle soumis sa proposition de simplification du système des allocations familiales ? Dans l’affirmative, quelle est-elle ? Qu’en pensez-vous ?

Mme Évelyne Huytebroeck, ministre de la Jeunesse. – La politique d’accueil familial est fondamentale : elle permet à des enfants de ne pas être en institution et de vivre un temps dans un climat familial.

En ce qui concerne le bilan de la campagne de recrutement de novembre 2011, je n’ose avancer de chiffres précis car on ne peut déterminer exactement si les nouvelles familles se sont portées candidates dans la foulée de la campagne. Je préfère rester prudente. Toutefois, selon la Fédération, les services de placement ont pu constater un certain nombre d’effets positifs, notamment par les appels téléphoniques, les demandes de renseignements et les consultations du site internet. On peut donc imaginer que le nombre de candidatures a augmenté. Mais l’introduction d’une demande ne signifie pas une acceptation en bout de procédure. Je ne peux donc affirmer qu’il y a eu autant de familles d’accueil que d’appels téléphoniques.

Les services ont dans la plupart des cas jugé recevables les candidatures qui ont succédé à la campagne et qui vont donc pouvoir donner lieu à un accueil, si ce n’est déjà fait.

En outre, je rappelle que, dans le cadre du plan de renforcement pour les mineurs en danger, nous avons consacré 530 000 euros aux services de placement en familles d’accueil afin d’amélio- rer les normes d’encadrement et de permettre aux services d’encadrer nonante familles d’accueil supplémentaires. Les retombées seront positives pour les familles qui ne se rendent pas toujours compte de la charge que l’accueil représente. Il est essentiel de les aider.

La demande de prise en charge en familles d’accueil augmente chaque année. Lors de la pré- sentation des trois bandes dessinées il y a quinze jours, j’ai pu dresser le bilan de la situation.

Nous travaillons actuellement à une nouvelle campagne de recrutement pour 2013, toujours en concertation avec la Fédération des services de placement familial.

La Fédération des services de placement familial, les délégués des services d’aide à la jeunesse et des services de protection de la jeunesse de Liège, l’artiste liégeois Kaer et le dessinateur Olivier Saive ont participé à l’élaboration des bandes dessinées. L’album Princesse Mytho est destiné aux enfants de huit à douze ans et Mick Keblo aux enfants de douze à dix-huit ans. Nous avons invité à la conférence de presse les jeunes qui ont participé à la rédaction du scénario pendant les ateliers d’écriture animés par Kaer. Ces ateliers leur ont permis de réaliser qu’ils n’étaient pas seuls dans leur cas et de parler de leurs expériences. Un dossier pédagogique, sous forme de questions-réponses très simples, accompagne les ouvrages.

Nous avons également réédité Un nid pour Wazoo destiné aux enfants de trois à huit ans. Cet album, réalisé en 2004 à l’initiative d’un service de placement familial, illustre la place des parents et de la famille d’accueil ainsi que le rôle des intervenants. Ce projet aide les enfants à s’approprier leur histoire et à renouer avec leur famille d’origine. Ce livre a connu un tel succès que les stocks étaient épuisés. Ces trois ouvrages seront distribués à tous les enfants qui séjournent en famille d’accueil.

Si le système d’allocations familiales proposé permet une simplification et évite la récupération de montants parfois importants auprès des familles d’accueil, je le soutiendrai. J’ai malgré tout demandé à mon administration d’en évaluer l’impact budgétaire. Nous devons tenir compte de nos finances limitées. Cette réforme pourra être mise en œuvre si nous considérons que cette question est prioritaire ou si notre budget est revu à la hausse. Rien n’a encore été décidé.

M. Damien Yzerbyt (cdH). – Madame la ministre, je comprends qu’il soit difficile de mesurer l’impact d’une campagne sur le nombre de familles d’accueil supplémentaires dans la mesure où les familles potentiellement intéressées ne deviendront pas systématiquement familles d’accueil. Je comprends aussi la difficulté d’avancer des chiffres, sachant que le nombre de familles enregistré en août 2012 n’est peut-être pas uniquement la conséquence de la campagne de novembre 2011 mais également d’autres facteurs.

Je vous remercie pour le complément d’information sur les objectifs des publications et rééditions des bandes dessinées. J’y reviendrai plus tard puisque vous envisagez de calculer l’impact budgétaire éventuel d’une simplification du système d’allocations familiales. Vous me permettrez de revenir sur vos conclusions après cette analyse.

Mme Évelyne Huytebroeck, ministre de la Jeunesse. – Il est effectivement nécessaire d’insister auprès de l’administration et des services de placement pour obtenir une évaluation de l’impact de la campagne. Il serait utile de distribuer un questionnaire aux familles d’accueil afin de connaître les raisons de leur motivation (notre campagne ou d’autres facteurs).

M. Damien Yzerbyt (cdH). – Je partage votre avis et je soutiens vos campagnes. Je suis également favorable au développement de cette aide aux familles. Une évaluation précise permettra d’étudier l’intérêt du lancement d’une campagne supplémentaire ou d’une réorientation.

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be