Calendrier

« mai 2018 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

Publié le mardi 28 février 2012

Finances communales | Budget en léger boni

Les difficultés pour boucler le budget 2012 ont été nombreuses, mais Mouscron peut cependant espérer un petit boni à l’ordinaire.

Avec un boni de 110 375 € à l’ordinaire pour l’exercice propre 2012, Damien Yzerbyt présente un budget à l’équilibre. Malgré cela, on ne peut pas dire que ses équipes de l’échevinat des Finances ont eu facile à joindre les deux bouts… Mais ce n’est pas pour autant qu’ils ont gonflé les chiffres afin de se faciliter la tâche. « Respecter la circulaire budgétaire et faire approuver son budget le premier lundi du mois d’octobre pour l’année suivante n’a pas de sens » , a rappelé l’échevin. « À cette période, de nombreux chiffres ne sont pas encore tombés. Part contre, en présentant ce budget dans les deux premiers mois de l’année, nous pouvons nous appuyer sur des réalités et non sur des suppositions. »

Le budget communal a donc été bouclé le 30 janvier et présenté au CRAC début février. Il a ensuite été exposé aux conseillers communaux en commission, avant d’être soumis à leur vote ce lundi soir.

Pour 2012, le budget se décline en 78 642 687,27 € de recettes et 78 532 311, 57 € de dépenses. Outre le léger boni dégagé pour cette année, il faut noter que le résultat global du service ordinaire présente un boni global d’à peu près 300 000 €.

Pour atteindre ces chiffres, l’échevin des Affaires financières a rencontré deux difficultés majeures. « Tout d’abord, les évolutions de carrière, les nominations et indexations réalisées au sein de la zone de police sont difficiles à absorber. Les coûts de fonctionnement de celle-ci sont donc de plus en plus élevés. La dotation communale pour notre zone de police s’élève à 8 575 360 € pour 2012, soit une augmentation de 4,69 %. Fort heureusement, pour pallier cette augmentation et celle des dépenses de fonctionnement au profit du personnel communal (+ 6,3 %), je pouvais compter sur des provisions réalisées en 2009 et 2011. Sur les 2 600 000 € disponibles, 600 000 € avaient été utilisés en 2010 pour l’évacuation des œufs de Frais Mastock (somme qui n’a pas pu être récupérée par procédure judiciaire) et 686 000 € qui seront donc injectés cette année pour le personnel communal. » Une réserve financière que Damien Yzerbyt n’a dès lors pas mise à sec pour être à l’équilibre. « Je laisse un bas de laine au suivant… »

Le second écueil réside dans la maîtrise difficile que les communes ont sur la fiscalité fédérale. « En 2011, les centimes additionnels enrôlés s’élevaient plus ou moins à 16 340 000 €, mais 2 700 000 € ne sont jamais arrivés dans les caisses… Il s’agit soit de mauvais payeurs, soit d’erreurs d’enrôlement, mais nous espérons vivement voir la couleur de cet argent. »

Enfin, Damien Yzerbyt est également préoccupé par l’avenir de l’autonomie financière des communes. « On est en droit de se demander quelle capacité d’investissement auront encore les communes après 2012. En effet, on ignore encore si la norme SEC envisagée par l’Europe découlera sur toutes les entités fédérées, mais si c’est le cas, ce serait une catastrophe pour nous. En effet, nous devrions alors payer toutes nos réalisations avec nos propres ressources. C’est comme si, pour acheter une maison, les particuliers ne pouvaient plus faire d’emprunt ! »

Plus de 45 millions d’investissements

Avec la construction du centre administratif et de l’école de sports, les investissements à l’extraordinaire sont conséquents.

Certains pourraient penser que si les investissements de 45 millions d’euros prévus à l’extraordinaire sont si importants, c’est que 2 012 est une année électorale… L’échevin des Affaires financières se défend pourtant d’un constat si facile. « C’est vrai que c’est à peu près le même montant que celui concédé au total ces trois dernières années, mais c’est principalement parce que de grands projets comme le centre administratif et l’école des sports arrivent à échéance. L’investissement total pour ces deux dossiers à eux seuls, s’élève à plus de 25 millions d’euros, mais ce n’est pas nouveau. »

À côté de cela, 3 670 000 € sont prévus pour la construction du nouveau musée de folklore, 1 600 000 € pour une salle polyvalente pour les jeunes, 1 556 000 € pour poursuivre les travaux au Château des Comtes et 460 000 € pour le chantier du futur cinéma (ex-Studio 31).

L’échevin a également prévu une enveloppe de 2 413 000 € pour des travaux de voirie, 1 700 000 € pour la construction du Foyer à Dottignies (dont les plans sont terminés) et 200 000 € pour une extension à La Prairie.

Le Plan communal de Mobilité 2012 devrait quant à lui coûter 1 168 416 €.

Des projets qui ne pourraient pas être menés à bien sans des subsides conséquents.

« Sur ces 45 millions, nous espérons aller chercher 21 millions de subventions. Un chiffre qui n’est pas irréaliste car de nombreuses enveloppes sont d’ores et déjà prévues et promises. Ce n’est donc pas de la poudre aux yeux. À part peut-être en ce qui concerne le nouveau musée de folklore, toutes les sommes prévues devraient bien être investies cette année. »

LE COURRIER | Mardi 28 février 2012 - Audrey Ronlez

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be