Calendrier

« novembre 2018 »
L M M J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
 

Publié le mardi 12 février 2013

Centre commercial - Visite des « Dauphins », à un mois de l’ouverture.

Il ne reste plus que 32 jours avant l’ouverture officielle du centre commercial « Les Dauphins » à Mouscron. Elle est prévue le vendredi 15 mars prochain. Les ouvriers se succèdent 7 jours sur 7 sur le chantier. Certains jours, ils sont même près de 200. Visite au coeur de ce gigantesque chantier.

15 mars : voilà la date qu’il faut retenir. C’est ce jour-là que le centre commercial « Les Dauphins », situé le long de la route Express, à hauteur du nouveau rond-point tunnel, ouvrira ses portes pour la première fois. « Nous sommes dans les délais et nous avons bon espoir. Cependant tout dépendra des conditions climatiques », précise Philip Vanmarcke, CEO de la société Abli, promoteur de ce projet avec la société Mitiska. D’ailleurs la météo a déjà joué quelques mauvais tours aux ouvriers. « Début janvier, nous avons dû stopper le chantier durant deux semaines », explique Sébastien Watteeuw, gestionnaire du chantier chez TRBA, un des entrepreneurs. « Nous avons eu une semaine de gel et une semaine de neige. Durant ce laps de temps, nous ne savions absolument rien faire », poursuit-il.

Pour le moment de nombreux ouvriers fourmillent sur le gigantesque chantier. Et on peut dire qu’ils mettent les bouchées doubles pour être prêt le jour J. « Certains ouvriers commencent très tôt, vers 7 heures du matin. Les derniers ouvriers restent parfois jusqu’à minuit s’ils savent encore avancer sur certains travaux. Les ouvriers sont présents 7 jours sur 7. Et nous avons une entreprise de sécurité qui effectue un contrôle permanent sur le site », détaille le CEO de la société Abli. Outre les entrepreneurs, diverses sociétés ont été appelées par les enseignes pour effectuer les travaux dans les cellules commerciales. « Chaque enseigne s’occupe des travaux dans sa cellule. Dans le contrat, elles ont un laps de temps bien défini pour effectuer leurs travaux. Cela varie en fonction de la superficie de la cellule », dévoile Philip Vanmarcke. « En moyenne, elles ont deux mois. Les plus grandes ont eu quatre mois et les plus petites quatre semaines. Voilà pourquoi, il fallait absolument avoir terminé toutes les cellules pour le début du mois de janvier, ce qui a été fait. Nous nous sommes d’abord occupés de l’enseigne Delhaize qui avait besoin de plus de temps. » Entrepreneurs, plombiers, carreleurs, etc. cela fait beaucoup de monde sur le chantier. « Entre 30 et 40 personnes s’occupent des parties communes. À cela, il faut ajouter les ouvriers des 28 enseignes qui sont entre 5 à 10 par cellule. » Au total, on arrive donc assez facilement à un chiffre impressionnant de 200 personnes.

UN ARRÊT DE BUS SERA CRÉÉ

À 32 jours de l’ouverture, les travaux sont en phase de finition. « Il faut terminer le parking central et les abords, ramener le matériel. Il y a encore des finitions en terme d’électricité, de plantations, mais aussi la pose des tapis roulants. Des panneaux solaires d’une puissance totale de 600.000 kwp seront installés. »

Les travaux avaient commencé en avril dernier avec le terrassement. « La première colonne a été posée le 7 ou le 8 août par la société Naessens », rappelle Sébastien Watteeuw, gestionnaire du chantier chez TRBA. « Le bâtiment a été terminé fin décembre. Chez TRBA, une vingtaine d’ouvriers était présente depuis le mois d’octobre. » Enfin, il y a de bonnes nouvelles au niveau mobilité. « Nous allons procéder à la réalisation d’un arrêt de bus », annonce Philip Vanmarcke. « Nous avons des réunions avec le SPW, etc. pour évoquer la mobilité. Une piste cyclable verra le jour tout autour. Nous allons prévoir des accès piétons », conclut-il.

LES ENSEIGNES

Lunch Garden se situera sur deux étages du côté de la piscine. L’enseigne s’étendra sur un total de 990 m2 avec une terrasse de 120 m2. « Nous avons choisi de venir nous installer ici car c’est une bonne opportunité. Nous voulons continuer notre expansion et créer de nouveaux emplois », indique Dominique De Visscher, district manager pour Lunch Garden. D’ailleurs 20 personnes travailleront pour cette enseigne. « Dix-huit nouvelles personnes seront engagées. Elles sont toutes de la région », certifie-t-il. « Le manager et son adjoint travaillaient déjà pour nous. Nous avons engagé du personnel de cuisine et des personnes qui ne sont pas qualifiées pour l’horeca mais qui suivent une formation d’un mois chez nous. »

Mais l’heure est donc aux travaux. « Nous avons prévu de finir les travaux pour le 8 mars, soit une semaine avant l’ouverture afin de tester les machines. Nous sommes dans les temps », précise Yvon Wellens, responsable des travaux pour Lunch Garden et qui travaille pour la société Adwelco. Une dizaine de sociétés différentes fréquentent le chantier de cette cellule. « Nous avons des plombiers, des électriciens, etc. Cinq personnes sont présentes par jour et les sociétés se relayent. Pour la livraison de meubles par exemple, la société a trois jours pour le faire », ajoute Yvon Wellens.

« En bas, nous aurons une salle de consommation, la production froide et chaude et la chambre froide. En haut, il y aura un local vaisselle, une réserve, les sanitaires publics », reprend Dominique De Visscher. La politique de Lunch Garden, c’est manger un plat chaud avec des légumes à volonté pour 8 euros. La cuisine belge est privilégiée.

RENCONTRE

La venue des 28 enseignes dans un même centre commercial le long de la route Express fait peur aux commerçants du centre-ville. D’autant que des enseignes de renommée nationale et internationale seront présentes : Krëfel, Brantano, Pizza Hut, Jules, H&M, Camaïeu, Veritas, Zeb, Hema, Maisons du Monde ou encore Maxi Zoo. « Nous voulons ouvrir le débat et travailler avec tout le monde », assure Philip Vanmarcke, CEO de la société Abli. « Nous avons eu des contacts avec le cabinet du bourgmestre et des représentants des commerçants du centre. Au départ, il y avait un peu de nervosité. Mais nous avons bien expliqué les choses et avancé le fait que nous avions un intérêt commun. Nous voulons que Mouscron devienne une ville de commerces. Elle a sa place à ce niveau-là dans l’Eurométropole, et le centre-ville a un rôle à jouer. » Et concrètement, comment cela va-t-il se passer ? « Nous allons mettre diverses choses en place comme un site web commun, un carnet de publicités avec une place pour les commerçants du centre. Nous allons voir aussi pour mettre des activités en place dans le centre-ville en collaboration avec M. Rooze, le manager de la gestion centre-ville. Cette stratégie doit aussi être poussée par le politique », ajoute notre interlocuteur. Il faudra que ces propositions prennent forme pour que tout le monde tire dans le même sens. Avec la rénovation prochaine de la Grand-Place, Mouscron aborde un virage important pour son avenir.

NORD ECLAIR - 11 février 2013 - YVES CRIKILION

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be