Calendrier

« mai 2018 »
L M M J V S D
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
 

Publié le jeudi 29 mars 2012

Bancs publics | une mission à plus de 30.000€ pour 2012

Les communes d’Hasselt, de Zonhoven et de Diepenbeek ont pris l’initiative de réprimander les personnes qui posent leur pied sur les bancs publics. En tout cas, pour les récidivistes. Une amende de 250 euros est prévue. Il faut dire qu’on ne rigole pas avec les bancs publics dans le Limbourg. Les communes de Hasselt, Zonhoven et Diepenbeek puniront désormais ceux qui montent sur un banc ou s’assoient sur le dossier (et ont donc les pieds sur la banquette) : 250€ de sanction (au maximum) et 125€ pour les mineurs.

La police de ces trois communes (qui appartiennent d’ailleurs à la même zone de police) est très claire : s’asseoir sur le dossier du banc témoigne de peu de respect pour ceux qui s’assoient convenablement. Les bancs sont ainsi constamment recouverts de boue ou de terre, ce qui peut salir les vêtements. Les responsables précisent néanmoins qu’ils ne sanctionneront pas immédiatement les contrevenants, seulement ceux qui feraient la sourde oreille à leurs remarques.

À noter que la police de ces communes limbourgeoises a aussi d’autres incivilités dans le collimateur : gare à ceux qui se rendent coupables de nuisances sonores en traînant des caisses au sol déchargées de leurs véhicules.

À Mouscron, la commune n’a pas pris ce pas-là et a priori elle ne le prendra pas. Mais finalement, comment choisit-on les endroits où sont placés les bancs publics ? Comment organise-t-on les entretiens de ce mobilier public ?

Dans l’entité mouscronnoise, on recense plus de 300 bancs publics. Pour une ville qui compte aujourd’hui 56.008 habitants, cela fait 1 banc pour 186,7 personnes. " Le nombre de bancs s’est stabilisé depuis quatre à cinq ans ”, commente Jean-Paul Fourez, responsable réalisation du service technique de la ville de Mouscron. " L’augmentation a surtout été connue dans les années 90. ” Et désormais, la ville de Mouscron a décidé d’utiliser des bancs en bois. " La moitié de 300 bancs sont en bois. Cela revient moins cher. Nous avons acheté le matériel nécessaire et ensuite, nous les confectionnons nous-mêmes. Cela a aussi son avantage pour l’entretien. Nous les réparons nous-mêmes. Nous utilisons du bois d’environ quatre centimètres. ”

Les demandes d’entretien proviennent souvent de demandes. " Nous avons un service qui tourne pour réparer les bancs. D’autres personnes aussi nous font remarquer certaines dégradations. Pendant la réparation, nous installons un autre banc. ”

" Ne pas vouloir tout contrôler ”

ENTRETIEN : Damien Yzerbyt échevin des travaux et de l’urbanisme Les communes d’Hasselt, Zonhoven et de Diepenbeek ont donc décidé d’appliquer une loi qui prévoit de donner une amende aux personnes qui posent leurs pieds sur les bancs publics. À Mouscron, on ne va prendre cette mesure comme le confirme Damien Yzerbyt.

Que pensez-vous de cette loi ? Va-t-on l’appliquer à Mouscron ?

Je pense qu’il faut arrêter de vouloir tout contrôler à tort et à travers. Cependant, je suis le premier à dire qu’un banc public doit être utilisé comme un banc. Il faut respecter cet aspect-là.

Dans quel cas demande-t-on d’enlever un banc public ?

En fonction de certaines pratiques. Parfois, des gens ressentent un sentiment d’insécurité lorsque des jeunes squattent un banc en été. Et le service analyse les demandes.

En pratique

Bancs publics : mode d’emploi à Mouscron

Un banc public situé près de chez vous vous dérange car il ramène beaucoup trop de monde et de désagréments ? Ou par contre, vous aimeriez qu’un banc public soit placé à un endroit précis pour vous reposer lors de votre promenade ou juste en face de chez vous, c’est possible ou presque. " Lorsque nous recevons une réclamation ou une demande, nous effectuons une enquête pour voir si l’enlèvement ou la pose du banc public en question est justifié ”, explique Jean-Paul Fourez, responsable réalisation du service technique de la ville de Mouscron. " Il faut aussi que nous nous mettions d’accord avec tout le monde, pour le bien de tous. Il faut que les autres riverains soient positifs à l’idée ”, ajoute-t-il.

D’ailleurs, on retrouve les bancs publics très souvent au même endroit. " Dans l’ensemble, les endroits où sont placés des bancs bougent très peu ”, confirme-t-il.

NORD ECLAIR | 29 mars 2012 - Y.C. et D.SW.

Damien Yzerbyt - Grand-Place, 1 - 7700 MOUSCRON | Secrétariat 056 86 05 13 - GSM 0475 22 80 16
© HMPnet.be